La légende des chevals


Une rumeur existe en grammaire. Il serait possible, depuis la réforme de la grammaire en 1990, de dire des chevals au lieu de des chevaux. 

C'EST FAUX ! ARCHI-FAUX ! FAUX, FAUX, FAUX !

Vous avez compris ? J'espère ! 

Il s'agirait d'une légende. En fait, l'Académie Française aurait sorti une édition de sa réforme où il proposait de changer la graphie du pluriel des noms en -al-. Cette édition n'était qu'une proposition qui a d'ailleurs été rapidement rejetée. 

Voici ce qu'on en dit sur le portail linguistique du Canada

« Une rumeur selon laquelle la graphie chevals était attestée dans les dictionnaires aurait trotté il y a quelques années…

Certaines personnes avaient alors affirmé que la graphie plurielle en -als pour tous les mots en -al avait été acceptée par l'Académie française pendant une courte durée dans les années 1980. D'autres ont avancé que le pluriel chevals provenait des Rectifications de l'orthographe de 1990, alors qu'il n'a jamais été question du pluriel des mots en -al dans la réforme.

Enfin, l'origine la plus probable de cette rumeur serait associée à une épreuve de français écrit du ministère de l'Éducation du Québec, lors de laquelle les candidats devaient rédiger une dissertation à partir d'un texte de Michel Garneau intitulé Les petits chevals amoureux.

Une chose est certaine : chevaux est la seule graphie attestée comme pluriel de cheval. »

Vous pouvez également vous référer sur le site de Druide Informatique (Antidote) qui propose son billet La Légende des Chevals.

Commentaires

  1. Hé merci de cette précision. je croyais dur comme`fer que l'on pouvait dire DES chevALS.

    C'est fort, des fois des légendes urbaines!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je vois des chevals dans un de tes textes, je te livre à Harper ! (Paraît qu'il torture un artiste par semaine ...)

      J'y croyais pas tellement à cette légende. Mon prof d'université a presque hurlé que c'était faux ! XD

      Supprimer
  2. Nooooooooonnnn! T'es sérieux? Moi aussi, j'étais persuadé que "des chevals", ça se disait!!! Alors là, tu m'en bouches un coin...

    De toute manière, étant une vieille de la vieille (hum), je n'aurais jamais été capable d'écrire "chevals" dans un texte, c'est trop laid.

    Merci pour cette précision mon cher, je me coucherai moins... (hum) plus savante ce soir! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais comme la langue française est une question de laid et de beaux ! La difficulté des pronoms relatifs, les lettres X, Y et Z viennent de cette philosophie du « bien parlé royal ». Faut comprendre avant tout que la langue est un outil de communication et que la langue écrite est une graphie de l'oral.

      Content de détruire le mythe !

      Supprimer
    2. beau sans X bien sûr ! Oups !

      Supprimer
  3. Bon !! Voilà... c'était un sujet de discussion (assez passionné) entre mon chum et moi! Encore une fois, je vais me faire un malin plaisir à lui remettre sur le nez que j'avais "encore" raison (comme toujours, je vais rajouter, hi hi hi).

    Merci Keven ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait plaisir ! Si je peux détruire cette légende, tant mieux ! Et ramène-lui sur le nez aussi souvent que tu le peux. Cheval ne prend JAMAIS de S Hihihihi !

      Supprimer
  4. La rumeur du cheval qui prend un s au pluriel vient de la grammaire de Jean-Marie Laurence. Il écrivait dans sa grammaire que chevals deviendraient peut-être un jour la marque de son pluriel.

    En passant, quel est le pluriel du nom ail? C'est aulx. C'est ce qui explique le lx de mon nom. Le lx fut jadis la marque du pluriel des noms terminant en ou. Encore une autre légende qui veut que le x à la fin des noms propres soit la reproduction de la marque des documents attestés par les analphabètes.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nouveau projet théâtral

Une oeuvre interdisciplinaire