mardi 24 novembre 2015

Dernières lectures (5)

Je partage avec vous des romans dont j'ai adoré la lecture ces derniers mois. Ce sont principalement des lectures recommandées pour mon cours Enjeux de la littérature contemporaine, à l'Université du Québec à Chicoutimi, donné par Anne-Martine Parent, PhD., département de littérature. Vous pouvez cliquer sur la page couverture du livre pour un lien vers sa fiche sur Les Libraires, réseau des librairies indépendantes du Québec.

COUP DE COEUR - UN WESTERN AUX PERSONNAGES ATTACHANTS


À la recherche de New Babylon
Dominique Scali
Éditions La Peuplade


New Babylon n’existe pas. Mais s’il fallait créer cette ville, les duels y seraient permis et il n’y aurait pas d’autre loi que celle interdisant les hommes de loi. On y aurait constamment le souffle coupé, à cause des paysages, et ultimement parce qu’on y finirait la gorge tranchée. Ce serait un endroit dangereux où, enfin, chacun connaîtrait sa vraie valeur.


Dans ce western enlevant, qui dépeint avec minutie l’Ouest américain des années 1800, le Révérend Aaron, Charles Teasdale, Russian Bill et Pearl Guthrie fouillent le désert à la poursuite d’un idéal impossible, laissant derrière eux les empreintes de leurs destins. Dans un monde où rien ne dure, « il n’est pas question de fuir la mort, mais de choisir son arène ».



À la recherche de New Babylon révèle qu’il faut bâtir soi-même la vi(ll)e rêvée.


LES RÉCITS D'UNE VIE, LA SIENNE, LA NÔTRE, D'UNE ÉCRITURE VRAIE ET POÉTIQUE

Les années
Annie Ernaux
Éditions Gallimard - Folio

«La photo en noir et blanc d'une petite fille en maillot de bain foncé, sur une plage de galets. En fond, des falaises. Elle est assise sur un rocher plat, ses jambes robustes étendues bien droites devant elle, les bras en appui sur le rocher, les yeux fermés, la tête légèrement penchée, souriant. Une épaisse natte brune ramenée par-devant, l'autre laissée dans le dos. Tout révèle le désir de poser comme les stars dans Cinémonde ou la publicité d'Ambre Solaire, d'échapper à son corps humiliant et sans importance de petite fille. Les cuisses, plus claires, ainsi que le haut des bras, dessinent la forme d'une robe et indiquent le caractère exceptionnel, pour cette enfant, d'un séjour ou d'une sortie à la mer. La plage est déserte. Au dos : août 1949, Sotteville-sur-Mer.» Au travers de photos et de souvenirs laissés par les événements, les mots et les choses, Annie Ernaux donne à ressentir le passage des années, de l'après-guerre à aujourd'hui. En même temps, elle inscrit l'existence dans une forme nouvelle d'autobiographie, impersonnelle et collective.


ROMAN À TROIS VOIX NARRATIVES, UNE ÉCRITURE DENSE, UN RÉCIT POIGNANT


Hunter s'est laissé couler
Judy Quinn
Éditions de l'Hexagone

Hunter est mort. Pour ces hommes qui ont vu leur destin lié au sien durant la guerre, il sera passé comme une ombre. Comment, alors, le raconter ?  

Dans ce roman d'une rare densité psychologique, où interviennent narration classique, journaux intimes et correspondance, Judy Quinn trace le portrait en creux d'un homme voué à l'oubli. Ce faisant, elle s'interroge sur la façon - et la possibilité même - de parler de l'autre. 

« Cher Hunter, tu te souviens, Nanette venait d'arriver de son salon de coiffure, un arbre est tombé à quelques mètres de nous, et on s'est regardés, Nanette, toi et moi, comme si était né en même temps un grand malheur, et c'est là que je t'ai dit que si tu y allais j'irais moi aussi et tu as seulement haussé les épaules, pendant que Nanette me fixait d'un air horrifié, un malheur est tombé, disaient ses yeux, et les tiens ne disaient rien d'autre qu'on est tous seuls de toute façon. »