mercredi 22 février 2012

Une heure avant

J'ai été présent pour une troisième année à la production estivale du Théâtre La Rubrique à Jonquière. Après Charles et Berthin ainsi que Les Sens, c'est dans un tout autre univers que nous amène Une heure avant, celui des proches aidants. 

Même s'il faut s'adapter en tant que spectateurs à ce jeu de la parole, plutôt statique, mais riche en évocations et en images, on ne peut qu'être séduits par ces personnages qui décrivent, qui ressentent et qui font ressentir. Le texte est fort et la mise en scène simple est efficace. 

Pendant que j'y pense, j'aimerais ouvrir une parenthèse et lancer un message à ces matantes qui viennent vouère du thiyâtre : 
« C'est pas un film ! Les comédiens vous entendent ... pour vrai ! »
Fermer la parenthèse
Respirer un coup et se défrustrer.

J'aimerais souligner l'aspect visuel qui renverse : la projection dans des carreaux de verre et l'eau qui martèle ces dits carreaux.

Quelques petits bémols au niveau de l'interprétation (se racler la voix, oublier du texte) n'ont cependant pas gâcher la soirée. D'ailleurs comme j'aimerais dire si bien aux matantes : « Ce n'est pas un film ! Les comédiens jouent en direct ... pour vrai ! »

Il reste encore une semaine de représentations.